Blogue Axel Evigiran

Blogue Axel Evigiran
La dispersion est, dit-on, l'ennemi des choses bien faites. Et quoi ? Dans ce monde de la spécialisation extrême, de l'utilitaire et du mesurable à outrance y aurait-il quelque mal à se perdre dans les labyrinthes de l'esprit dilettante ?


A la vérité, rien n’est plus savoureux que de muser parmi les sables du farniente, sans autre esprit que la propension au butinage, la légèreté sans objet prédéterminé.

Broutilles essentielles. Ratages propices aux heures languides...


27 juil. 2016

Semence et idéologie, par Pierre-Henri Gouyon

Un petit extrait d’une intervention de Pierre-Henri Gouyon, dans le cadre d’une émission de « Planète terre » sur France Culture (FORUM FRANCE CULTURE l'année vue par les sciences à la Sorbonne) intitulée Urbanisation, biodiversité, changement climatique : Les humains sont-ils trop nombreux ? 


« Je voudrai revenir sur la liaison entre technique et l’idéologie… 

Nous sommes au cœur d’un problème très actuel. Beaucoup de gens imaginent que les idéologies c’est fini, que depuis la chute du bloc soviétique tout le monde est d’accord sur le fonctionnement mondial, et qu’il n’y a plus que des problèmes techniques. Je pense que c’est grave. Je le vois, pour donner un exemple, en ce qui concerne une partie particulière de la biodiversité qui est celle des semences. On peut dire et bien voilà, un certain nombre de gens ont une vision idéologique de la façon dont doit être gérée cette chose-là, c’est que quelques entreprises possèdent toutes les semences de la planète, qui sont brevetés – c’est ce qui est en train de se faire, grâce à toute une série de processus – on a commencé par les OGM, mais maintenant on est en train de faire mieux… ça veut dire qu’il n’y a quasiment plus de diversité dans les champs, parce que chacune de ces entreprises arrive à couvrir d’immenses surfaces avec la même variété. Mais ne vous inquiétez pas, tous les grands altruistes du monde, à commencer par Mr Bill Gates, premier actionnaire de Monsanto, ont en place un système, un très grand frigo en Norvège dans lequel les gènes des plantes sont gardées pour le jour où il y aura un problème…. Pourquoi c’est grave ? parce qu’on sait bien que si on homogénéise considérablement les cultures, elles vont devenir extrêmement sensibles à toute une série de problèmes. Or on est en train de parler de changement climatique, de changement démographique ; il est clair que tous ces changements vont créer de nouveaux problèmes pour l’agriculture. Des problèmes de climats qu’on imagine bien. Mais dès qu’on change le climat on change plein de choses sur le plan de la biodiversité, en particulier quels animaux vont venir vous manger vos cultures ou vont venir vous piquer. On est là à s’inquiéter des moustiques tigres en France, eh bien oui et il va y avoir de nouvelles maladies sur les cultures. Si ces cultures sont terriblement homogènes on risque d’immenses catastrophes mondiales au niveau agricole. Et là sur la démographie, les projections actuelles se retrouveront peut-être totalement fausses car on va réussir à fabriquer des famines… 

Pierre-Henri Gouyon
Donc oui c’est grave. Et oui garder les gènes au frigo et ce dire qu’à chaque fois qu’il y aura un problème on ira fabriquer de la biologie synthétique pour ressusciter des graines mortes et trouver le gène qui permet de résister à ce problème-là, faire des OGM pour transformer les plantes : voilà une vision idéologique de l’agriculture du futur. Une autre c’est de dire qu’il faut arrêter cette homogénéisation, remettre en œuvre des systèmes participatifs avec des paysans qui refabriquent de la diversité dans les champs en permanence, et les épidémies s’arrêteront d’elles-mêmes et les populations pourront s’adapter. Cela va tout à fait contre un certain nombre de lobby qui évidemment contrôlent le système agricole. Et les gens qui croient qu’ils font de la pure technique quand ils cherchent comment résoudre un problème chez une plante, en transférant un gène d’une bactérie à une plante, ne se rendent souvent pas compte à quel point la technologie qu’ils sont en train de développer correspond à une vision idéologique précise de l’agriculture.



Il faut absolument revenir sur cette idée : une technologie ce n’est jamais neutre sur le plan idéologique ».



18 juil. 2016

Games of Thrones, une métaphysique des meurtres, par Marianne Chaillan


Alors que la saison 6 de la série télévisée, adaptée de la saga de George R.R Martin, vient de prendre fin sur les péripéties que l’on sait, j’avais envie d’évoquer un excellent livre sorti ce printemps, et lu au fil des épisodes, et qui aborde Games of Thrones d’un point de vue philosophique – et il y a de quoi dire !

Le genre commence à se développer, pour notre plus grand bonheur. On se souviendra chez Ellipses de l’ouvrage collectif « Matrix, machines philosophique », sorti en 2003, et plus récemment, par Natalie Depraz  d’« Avatar, une expérience philosophique ».  Dans cette veine, Philosophie magazine ne fut pas en reste, avec en particulier la joute entre Sandra Laugier et Frédéric Schiffter autour du thème « L’art rend-t-il donc moralement meilleur ? » (2013) ; chacun des philosophes évoquant à l’appui de son argumentation une série télévisé. « How I met your mother », pour l’une, « Dexter pour l’autre ». Dans Les nouveaux chemins de la connaissance, on aime pareillement s’adosser parfois à des films ou des séries pour développer une problématique philosophique. Ainsi poser la question de la légitimité ou non d’envoyer à une mort quasi certaine un groupe d’hommes pour tenter d’en sauver un seul, en prenant le cas du Soldat Ryan. On songera aussi à une semaine qui fut consacrée toute entière à des séries télévisées, dont Breaking Bad : « Walter White est-il méchant ? Ou a-t-il raison de "cuisiner" de la méthamphétamine pour que sa famille soit protégée du besoin ? Ce n'est pas en théorie qu'il faut répondre, c'est à travers ses actions. »

Jaime lannister vs Ned Stark
Revenons à Games of Thrones. « A bien des égards, nous dit Marianne Chaillan, Games of Thrones apparait comme un laboratoire de philosophie morale et politique appliquée ». C’est aussi mon avis. Et de proposer « un voyage philosophique au Royaume des sept couronnes », un périple audacieux, non sans dangers, mais je dois dire assez jouissif.

Le livre est découpé en trois grandes parties, la première étant consacrée à la doctrine de la vertu. La seconde nous conduira en deçà et au-delà du Mur, lieux de méditations métaphysiques. Enfin, le dernier volet – on ne pouvait y couper – tournera autour de l’art de la guerre.
Dans le cadre de ce billet, je ne développerai que le premier tiers, en espérant inciter à la lecture complète de l’ouvrage – qui, mieux que certains manuels, ferait je crois le bonheur des élèves de classes terminales. Mais le livre s’adresse à tous : aux passionnés de GoT comme aux dilettantes, aux honnêtes hommes et à tous ceux ou celles animés d’une curiosité philosophique mise à l’épreuve du réel.



La doctrine de la vertu
  
Dans Games of Thrones se distingue deux grandes maisons de la philosophie morale. La Maison Déontologisme et la Maison Conséquentialisme. Si la seconde est représentée par les Lannister, la première est évidemment symbolisée par la Maison Stark, mise au service de Lord Emmanuel Kant !

Commençons par la Maison Stark
Pour illustrer son propos Marianne Chaillan prend pour exemple le premier dilemme moral de Ned Stark dans la série, lorsque le roi Robert Barathéon vient le chercher à Winterfell pour lui demander de devenir Main du Roi. « Pourquoi est-ce un dilemme moral ? Parce que deux devoirs s’affrontent alors en lui : rester auprès de sa famille et de son peuple pour assurer leur protection d’une part ; répondre à l’appel à l’aide d’un ami menacé dans sa vie même – ami qui se trouve, en outre, être le Roi, d’autre part ».
« Lorsqu’il prend sa décision, Ned dit à Catelyn : ‘je n’ai pas le choix’. Elle lui rétorque alors que c’est ce que disent les hommes d’honneur quand le devoir les appelle. Elle lui dit qu’en vérité, il a le choix et qu’il a, précisément, fait son choix ». Car Ned n’obéit pas à une contrainte mais à une obligation (l’auteur précisant que « la contrainte est l’obéissance à une loi qui nous vient de l’extérieur tandis que l’obligation est le respect d’une loi que l’on se donne à soi-même intérieurement »).

« Pour la morale déontologique, (…)  c’est l’intention à la source de l’action qui fonde ou non sa moralité – et ceci quelles que soient, par ailleurs, les conséquences de cette action. (…) ». Et Marianne Chaillan nous rappelle alors les trois impératifs kantiens permettant de tester la moralité de nos actions, impératifs contenus dans la formule : « Agis toujours de sorte que la maxime de ton action puisse devenir une loi universelle ». A savoir qu’il convient de vérifier la cohérence interne de la maxime, puis sa cohérence externe, et enfin de ne « jamais instrumentaliser qui que ce soit, y compris soi-même, alors que l’on est sujet de l’action, pour obtenir une certaine fin ».
Il nous est alors proposé de « tester le triple protocole établi par Lord Kant ». L’un des exemples choisis est le moment où la Cour du Roi Robert Barathéon arrive à Winterfell et que Tyrion Lannister manque à l’appel. « Or ce dernier a préféré aller visiter les prostituées du Nord que d’aller présenter ses hommages à la famille Stark. Son frère Jaime le retrouve et lui demande de venir les rejoindre au plus vite ». Que va-t-il se passer ? Comment vont-ils réagir, l’un et l’autre ? Et à quelle obédience philosophique se rattache leurs comportements ? Je laisse le soin au lecteur de se reporter à l’ouvrage du professeur de philosophie en lycée à Marseille, pour savoir comment sinon trancher le cas Tyrion, si je puis m’exprimer ainsi, du moins avoir une idée plus nette des racines morales eu jeu dans leurs attitudes.

Passage de la théorie à la pratique, retour aux thèses philosophiques sous-tendues par tel ou tel comportement. C’est sans doute ce qui contribue à la force du livre, un livre jamais ennuyeux, ludique et qui, derrière des apparences de sympathique promenade dans le monde des chapelles philosophiques, abrite une ossature des plus solide, propre à donner le goût pour une matière trop souvent reléguée à l’accessoire…  


Poursuivons avec la Maison Lannister
Nous voici désormais du côté des conquentialistes qui, comme leur nom l’indique, ont pour doctrine une évaluation morale non plus en fonction de son principe, mais de ses conséquences. Nous retrouvons ici Lord Jeremy Bentham pour qui il convient d’agir « de telle sorte qu’il en résulte la plus grande quantité de bonheur pour le plus grand nombre ».


Cersei & Tyrion Lannister
Marianne Chaillan, pour nous montrer l’opposition entre la Maison Kant et la Maison Bentham, chez qui la mort d’un individu, s’il elle permet de sauver la vie d’innocents, peut être justifiée, prend un cas d’école lorsque « peu après son arrivée à King’s Landing Ned rejoint Baelish, Varys, Pycelle et Renly autour du roi Robert pour un conseil restreint. L’ordre du jour est le suivant : Daenerys Targaryen est enceinte de Khal Drogo et porte en elle l’étalon qui chevauchera le monde ! Que convient-il de faire ? ».

S’en suit le dialogue tiré de la série – en anglais, et c’est aussi plaisir dans ce livre de voir restitué les dialogues originaux (traduit à la foulée). On y voit clairement à l’œuvre deux logiques qui s’affrontent :

Ned : You want to assassinate a girl… because the spider heard a rumor ?
Varys : I understand your misgivings, My Lord. Truly, I do. It is a terrible thing we must consider, a vile thing. Yet, who presume to rule must sometimes do vile things for the good of the realm. Should the gods grant Daenerys a son, the realm will bleed.
Pycelle : Ibear this girl no ill will, but should Dothraki invade, how many innocents will die ? How many towns will burn ? it is not wiser, kinder even, that she should die now so tens thousands might live ? (…)
Ned : I followed you into war – twice – without doubts, without seconds thoughts. But I will not follow you now. The Robert I grew up with didn’t tremble at the shadow of an unborn child.
King Robert : She dies.
Ned : I will have no part in it.


Ned Stark an conseil restreint
« Il y a donc deux camps : l’un est prêt à sacrifier des vies (ici celle de Daenery et de son fils), prêts aux dommages collatéraux, afin de réaliser le plus grand bien – c’est le camp des utilitaristes ; l’autre trouve que le meurtre est injustifiable – c’est le camp des partisans du déontologisme comme Ned ».
Pour les conséquentalistes, tels les Lannisters, bannerets de Lord Bentham, il y a « une sorte de balance morale qui repose sur l’évaluation de sept critères ». Je ne détaillerai pas ici ces critères, relevant d’un système d’évaluation numérique (ces critère sont : intensité, durée, fécondité, proximité, certitude, pureté, étendue).
Ainsi, à l’aune des doctrines philosophiques qu’elles sous-tendent, seront passées au crible quelques questions tirées de la série TV. Entre autres, par exemple : « Faut-il commettre un régicide ou laisser mourir des milliers d’innocents ? ». Ou encore : « Jaime doit-il laisser vivre le jeune Bran Stark ? ». Etc.

D’autres philosophes de l’école utilitariste nuanceront le propos de Bentham. C’est le cas de John Stuart Mill qui invite « à distinguer l’utilitarisme de l’acte et l’utilitarisme de la règle. (…) La théorie de Mill est ainsi qualifiée d’utilitarisme indirect ou utilitarisme de la règle, alors que celle de Bentham est appelée utilitarisme direct ou utilitarisme de l’acte ». 


En bref, des autres parties de l’ouvrage

Le Mur
Jusqu’à présent nous n’en étions arrivés ici qu’au cinquième de cette « métaphysique des meurtre », et il y aurait beaucoup à dire de la richesse d’un tel livre.
Mais contentons-nous ici d’effleurer de quelques mots la suite…

Dans « Valar Morghulis », il sera question de la mort et de l’euthanasie, avec Kant toujours, partisan d’une morale maximaliste, et donc opposé au suicide assisté pour qui plaident Bentham, ou le philosophe contemporain Ruwen Ogien.

La sexualité aura aussi sa part, avec notamment la question de l’homosexualité, de la prostitution  ou celle de l’inceste avec les relations entre Jaime et sa sœur Cersei.
Ceci pour clore la première partie de l’ouvrage.

La seconde partie, « Méditations métaphysiques, en deça et au-delà du mur », abordera la question du dualisme et du matérialisme. Ici la première Maison, en s’en doute, sera présidée par Lord Platon, tandis que l’école rivale sera celle de Lucrèce et de ses bannerets, tels les fils Lannister.

Viendra ensuite le cas épineux de la liberté ou du déterminisme, avec les Maester Diodore, Empédocle ou encore Cicéron. Sur l’autre rive, du côté du libre arbitre  on trouvera évidemment Lord Sartre.

L’inventaire ne serait pas complet sans évoquer la question de Dieu. Existe-t-il ? Là encore à chacun sa paroisse, avec deux Lannister (cette fois Cercei et Jaime) du côté d’Epicure, tandis que Tyrion penche plutôt pour Spinoza, voir l’athéisme. Quant à Ser Davos c’est à Maester Freud qu’il prête allégeance. Dans le camp adverse, côté de la Maison Croyance, Stannis Barathéon est le porte-étendard de Lord Kierkegaard. Quant au personnage du Grand Moineau « illuminé et fanatique, il incarne cette image du prêtre nietzschéen, ‘être vicieux par excellence parce qu’il enseigne la contre-nature, c’est-à-dire la répression des instincts sexuels ».

Autre question, toujours d’une brulante actualité : « Faut-il préférer l’illusion qui réconforte à la vérité qui dérange ? ». L’hédonisme des uns sera ici convoqué et mis en opposition au goût de la vérité. D’ailleurs l’hédonisme est pluriel. Et si pour Bentham « il n’y a pas de plaisir supérieur en droit à un autre », pour Stuart Mill, « la vie d’un homme cultivé vaut plus que celle de l’imbécile ou d’un animal : ‘il vaut mieux être Socrate insatisfait qu’un imbécile satisfait’ » Alors, faut-il préférer le sort sentimental de Jon Snow ou celui de Tyrion Lannister, en couple avec une prostituée qui finira par le trahir ?
Mais le réel est difficile, nous dit Maester Freud. « Ainsi, par exemple, Viserys Targaryen, animé par le désir de régner, devra faire l’expérience du principe de réalité : c’est sa sœur, non lui, qui porte le sang du Dragon ».
Le monde n’est pas là pour nous faire plaisir. Jaime et Brienne découvriront bientôt l’amertume d’une telle sentence. Quant à George R. R Martin dans la saga, à l’instar de Descartes avouant « qu’il vaut mieux être moins gai et avoir plus de connaissances »s emble avoir choisi, nous invitant à méditer valeur du réel et « le préférer à toute illusion –fût-elle consolante ».


Sur le champ de bataille

« Le monde de Games of Thrones est cruel brutal et violent ». Nous en convenons volontiers avec Marianne Chaillan. Aussi n’est-il pas étonnant, dès les premières pages de cette troisième partie, «  L’art de la guerre », de rencontrer Thomas Hobbes et son Léviathan. Chez Hobbes, « penseur absolutiste par pragmatisme anthropologique, ‘aucun citoyen n’a le droit de se servir de ses propres forces comme il le jugera bon pour sa propre conservation’ ». Le jeune Roi Jeoffrey, exerçant son règne d’une main de fer l’a bien compris.
A la vision pessimiste de Hobbes s’oppose l’optimisme de Locke, pour qui « l’homme possède un fond rationnel et moral ». Mais il faut en convenir GoT est un monde hobbesien. Ce qui n’empêche d’autres tendances de s’exprimer. Ainsi Varys, qui se place dans le sillage de Pascal qui, « dans les Pensées, insiste sur le fait qu’il faut cacher au peuple la nature arbitraire des lois. Le peuple n’obéit aux lois que parce qu’il croit qu’elle sont justes (..) Viennent ensuite les demi-habiles. Eux connaissent le caractère conventionnel et arbitraire des lois et pour cela les discutent. Les habiles connaissent le caractère artificieux des lois, mais ils en connaissent aussi le bénéfice et à ce titre choisissent de les servir en dépit de leur arbitraire ».

Varys : I did what I did for the good of the realm.
Baelish : the realm ? Do you know what the realm is ? It’s the thousand blades of Aegon’s enemies. Story we agree to tell each other over and over till we forget that’s a lie
Varys : But what do we have left once we abandon the lie ? chaos. A gaping pit awaiting to swallow us all.

Une place de choix sera ici réservée, en s’en doute à Lord Machiavel. Quelles sont au fond les vertus d’un souverain ? C’est la question que pose Tywin Lannister au prince Tommen, à la mort du roi Jeoffrey…

Le roi doit-il être aimé ou craint ? Généreux ou avare ? Doit-il encore tenir ou non ses promesses ? Doit-il faire le bien quand il peut et savoir entrer dans le mal s’il le faut ? Toutes ses questions seront posées dans la série. Et à chacun des protagonistes d’y répondre à sa manière, ou comme il peut.

Jon Snow & Daenerys
Mais pour l’heure le voyage s’achève ici. En attendant la saison prochaine, ou The Winds of Winter, avant-dernier livre de la saga GoT. Et au bout du chemin A Dream of Spring, en principe l’ultime opus. Moult intrigues en perspectives !


14 juil. 2016

A Constantinople, sous les voutes de Sainte Sophie : Dandolo et la quatrième croisade

 
Vue de Sainte-Sophie, la nuit (Photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]
-   « Seigneurs, vous avez pris l'engagement de concourir à la plus glorieuse des entreprises ; les guerriers avec lesquels vous avez contractés une sainte alliance, surpassent tous les autres hommes par leur piété et leur valeur. Pour moi, vous le voyez, je suis accablé par les ans, j'ai besoin de repos ; mais la gloire qui nous est promise me rend la force et le courage de braver tous les périls, de supporter tous les travaux de la guerre ; je sens, à l'ardeur qui m'entraîne, au zèle qui m'anime, que personne ne méritera votre confiance et ne vous conduira comme celui que vous avez choisi pour chef de la république. Si vous me permettez de combattre pour Jésus Christ, et de me  faire remplacer par mon fils dans l'emploi que vous m'avez confié, j'irai vivre et mourir avec vous et les pèlerins »[1].

Saint-Sophie, un porche (photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]

Ainsi avait parlé le vieillard presque aveugle. Et l’avoir aidé à descendre de la tribune, la foule le conduisit en triomphe auprès de l’autel, là où il se fit attacher la croix sur son Bonnet Ducal. C’était un jour d’été de l’an 1202.
Cet homme se nommait Dandolo. Ancien ambassadeur à Ferrare, en Sicile puis à Constantinople, il avait reçu jadis de l'empereur byzantin le titre de protosevasto, ce qui grossièrement pourrait se traduire par « primordial Auguste ». Juste retour des choses, pour un homme dont la presque cécité ne devait rien à l’âge, mais au courroux de Manuel 1er Comnène dont on racontait qu’il lui avait fait brûler les yeux, alors que le vénitien s’en venait à Constantinople réclamer la libération de députés que ce prince retenait par force.

Sainte-Sophie, vue intérieure (photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]
Enrico Dandolo avait dû attendre d’avoir atteint l’âge où la plupart s’en trouvent à manger les pissenlits par la racine pour être élu Doge. Son âge était le motif même de son élection, ses pairs préférant se choisir un guide sur le bord de l’abîme, plutôt qu’un Alexandre. On mesure ici toute l’inanité des bas calculs des éternels faiseurs d’intrigues.

C’était l’an 1192, Dandolo avait 82 ans, et rien ne laissait présager que ce vieillard infirme marquerait si profondément la Sérénissime. Mais aussi branlant que puisse avoir alors été son aspect physique, ce dont il est permis de douter au vu du témoignage laissé par le croisé Geoffroi de Villehardouin qui, fort impressionné, le décrivit dans ses mémoire comme « un vieux géant qui a encore la force de galoper pour affronter avec son habituelle fierté son dernier ennemi: la mort », Dandolo conservait un esprit vigoureux, une âme dotée d’une lucidité, pour ne pas dire d’une rouerie, hors norme. Fier, il cultivait cet art rare de voir loin et juste ; de saisir la plus minuscule opportunité propre à servir sa politique. Bref il avait de l’envergure. Et cette acuité toute particulière lui avait permis ce tour de force dont se souviendrait l’histoire : détourner au profit de la cité des Doges la quatrième croisade.

Sainte-Sophie, intérieur (Photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]
L’affaire s’était nouée dès 1201. Lorsque les six députés, choisis parmi les plus riches seigneurs de France et de Flandre, cherchèrent à réunir les vaisseaux nécessaires à la traversée vers l’Egypte et acceptèrent de s’acquitter de la somme faramineuse de 85.000 ducats d’argent au lieu de négocier un contrat « à tant par lance ». Ils estimaient alors leur nombre à 4500 chevaliers, accompagnés de leurs écuyers. S’y ajoutaient pas moins de 20.000 piétons. Et si la Sérénissime était de loin la plus grande puissance maritime de la mare nostrum, elle ne disposait pas pour autant d’un nombre si considérable de navires. D’où le délai d’un an, convenu pour affréter assez de vaisseaux. En outre, appâtés par les profits à tirer des rapines en Terre-Sainte, les Vénitiens avaient ajouté une clause consistant à faire accompagner les croisés par 50 galères armées par la République, sous condition que la moitié des butins arrachés aux Sarrasins leur soit versé. Malgré l’énormité de la chose, le traité fut prompt à se conclure et tous jurèrent sur le Saint évangile de son observation scrupuleuse. Cependant, Dandolo alerté par l’infortune de son prédécesseur au dogat, poignardé au cœur même d’un monastère par une foule en furie, se refusa à se risquer dans une aventure si hasardeuse sans le plébiscite du peuple. D’où une mise en scène destinée à extorquer le consentement des médiocres et des minores qui se déroula à l’issu de l’office divin donné en grande pompe en l’église Saint-Marc, lorsque montèrent les six ambassadeurs de la chrétienté en arme, pour une harangue dont se chargea le Maréchal de Champagne, Geoffroy de Villehardouin :
- « Seigneurs, les barons de France les plus hauts et les plus puissants nous ont envoyés vers vous : ils vous crient merci ; qu’il vous prenne en pitié de Jérusalem, qui en en servage des Turcs ; que pour dieu vous veuillez les accompagner, afin de venger la honte de Jésus-Christ. Ils ont faits choix de vous, parce qu’ils savent que nul n’est aussi puissant que vous sur mer. Ils nous ont commandés de nous jeter à vos pieds, de nous relever que lorsque vous nous aurez pris pitié de la Terre Sainte d’outre-mer »[2].
Sitôt dit, les six députés s’étaient agenouillés d’un seul élan visages baignés de larmes, tandis que le doge et tous les autres à sa suite s’écriaient à l’unisson, bras levés au ciel :
-   « Nous l’octroyons, nous l’octroyons ».
L’attentat était consommé.

Sainte-Sophie, vue depuis le porche d'entrée (photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]

Les médaillons (photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]

Sainte-Sophie, vue de la voûte (photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]

La suite est connue. Les croisés ayant surestimés leur nombre ne purent honorer le contrat, malgré la fonte de leur argenterie. Aussi, lorsqu’il leur fut opportunément proposé de payer leur dette en détournant la croisade sur Zara, ville rebelle à l’autorité vénitienne, si quelques barons désertèrent par refus d’attaquer une ville chrétienne placée sous l’autorité d'un souverain ayant pris lui-même la croix, la majorité d’entre eux, moins scrupuleux donnèrent une franche approbation au projet.

Loge du sultan (Photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]
Trieste tomba sans grand fracas. Et le dix de Novembre la flotte croisée se présentait au-devant du port de Zara. Selon le témoignage de Geoffroy de Villehardouin en personne, Maréchal de Champagne, « la ville estoit close tout autour de murailles et de forteresses moult hautes, si qu'on voudroit rechercher vainement forteresse plus belle »[3]. Mais Zara n’avait qu’un faible nombre de guerriers, la plupart inexpérimentés.  Aussi, après quelques jours sous les assauts se trouva-t-elle acculée à la capitulation. Le pape désapprouva cette prise et les vénitiens écopèrent d’une bulle d’excommunication qui ne les libéraient pas pour autant de leurs obligations : «Tout excommuniés qu'ils sont, ils demeurent toujours liés par leurs promesses, et vous n'êtes pas moins autorisés à en exiger l'accomplissement ; c'est au reste une maxime de droit, que, si l'on passe par la terre d'un hérétique ou de quelque excommunié que ce soit, on pourra en acheter et en recevoir les choses nécessaires. De plus, l'excommunication portée contre un père de famille n'empêche pas sa maison de communiquer avec lui »[4]. S’en suivait une exhortation à se rendre immédiatement en Syrie, avec interdiction expresse du moindre détour pour s’attaquer à d’autres terres chrétiennes.





Sainte Sophie, vue depuis la galerie ouest (Photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]

L’injonction d’Innocent III resta néanmoins sans effet, les croisés ayant décidé la poursuite de leur hivernage zadriote. Ce paradoxal entêtement prenait source sous le manteau de tractations alambiquées dont l’histoire est si féconde et qui devait conduire au détournement de la croisade sur Constantinople…

Mais c’est une longue histoire qui dépasserait largement le cadre de ce billet.
Il convient ici juste de savoir qu’une fois Constantinople prise et mise à sac, Enrico Dandolo choisira de ne pas retourner à Venise.

Il mourra de sa belle mort en mai 1205 à l’âge de 97 ans et sera inhumé à Sainte Sophie.
Une stèle funéraire, située dans la galerie ouest à l’étage, en témoigne toujours. Quant à ses os, d’aucuns racontent qu’ils auraient été déterrés en 1453, après la prise de la ville par les Ottomans, et donnés aux chiens.


Stèle funéraire de Dandolo (Photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]

Vue de puis la galerie (photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]

Vue de puis la galerie (photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]

Sainte-Sophie le jour (photo par Axel)
[cliquer sur la légende pour grand format]




[1]              Discours du Doge prenant la croix. Tiré de 'histoire des croisades de Joseph-François Michaud.
[2]              Discours des ambassadeurs de la croisade. Tiré de « Histoire de la république de Venise », Tome 1. Pierre Daru, 1821)
[3]              Villehardouin.
[4]              Histoire universelle – Les croisades. Marius Fontanes.