Blogue Axel Evigiran

Blogue Axel Evigiran
La dispersion est, dit-on, l'ennemi des choses bien faites. Et quoi ? Dans ce monde de la spécialisation extrême, de l'utilitaire et du mesurable à outrance y aurait-il quelque mal à se perdre dans les labyrinthes de l'esprit dilettante ?


A la vérité, rien n’est plus savoureux que de muser parmi les sables du farniente, sans autre esprit que la propension au butinage, la légèreté sans objet prédéterminé.

Broutilles essentielles. Ratages propices aux heures languides...


15 juil. 2019

Frédérick Catherwood, Méhémet Ali, Machiavel et les mayas


L’explorateur et illustrateur Frédérick Catherwood (1799 – 1854), est celui-là même qui, avec son comparse et archéologue par goût John Lloyd Stephens, contribua par ses lithographies à faire connaître à un large public les ruines de la civilisation maya….

A cette époque (sommes en 1839), « il était difficile à un américain du nord d’accepter l’idée d’une ‘civilisation indienne’. Pour lui, l’indien était un barbare, à moitié nu, avec qui la guerre était une fatalité… (…) Les noms : Hernan Cortès, Pizarro, Bernal Biaz del Castillo n’évoquaient que pillages. Les noms : Aztèque, Maya, Toltèque et Inca ne se trouvaient dans aucun dictionnaire. Très peu de livres d’histoires les mentionnaient. (…) De cette coiffe d’oubli plaquée sur l’histoire des Amériques, le principal responsable a peut-être été William Robertson (1721 – 1793). L’historien homme d’Eglise écossais, dont on avait vanté The History of the Discovery and settlement of America, avait une idée très arretée de la culture américaine : ‘Ni les Mexicains ni les Péruviens ne peuvent prétendre à figurer parmi les nations qui méritent le nom de « civilisés »’ » (1)



Mais il n’est point l’heure encore d’évoquer les fabuleuses civilisations de la méso-amérique.

Nous somme en 1833, le 07 novembre plus précisément, le jour où Frédérick Catherwood se rendit au Dôme de Jérusalem malgré les menaces, bien décidé  à en croquer l’intérieur. A cette époque entrer en telle mosquée se faisait pour l’infidèle au risque de sa vie.
Son périple l’avait conduit de Grèce, alors considérée comme La Mecque des étudiants en architecture, en Egypte, en tant que membre de l’expédition de Robert Hay de Linplum, dont l’objectif était de remonter le Nil. Nous étions alors en 1824 et la grande expédition durera plus de dix ans.

En 1832 il se trouvait à Tunis et en 1833 il mettait « la dernière main aux préparatifs d’une expédition au Sinaï et en Arabie pétrée » . Il faut dire qu’au fil des ans, Frédérick Catherwood s’était mis « à porter djellaba et turban, à étonner son ami Arundale par ‘ses manières orientales’, à parler couramment l’arabe, l’italien et l’hébreu. »
C’est de la sorte que le 07 novembre 1833, il entra sans façon en habit d’officier égyptien et portant un ‘firman le désignant expressément comme ingénieur  au service de Méhémet Ali. L’affaire manqua de tourner mal mais, par un heureux hasard, fut tiré d’embarras par le gouverneur de Jérusalem en personne. Voici un extrait du témoignage de Catherwood :

« … Autour de moi, 200 personnes semblaient s’enhardir mutuellement, prêtes à se ruer toutes à la fois sur nous. Un bref instant aurait suffi pour nous mettre en morceaux. Mais un incident est survenu qui a transformé le massacre probable en triomphe : l’apparition soudaine du gouverneur sur les marches de l’estrade. Quelqu’un s’est précipité vers lui et tumultueusement réclamé le châtiment de l’incroyant qui profanait l’enceinte sacrée. Le gouverneur s’est alors approché. Nous avions souvent fumé ensemble. Nous nous connaissions bien. (….) et ne pouvant imaginer que je me sois aventuré si loin sans l’autorisation du pacha, il s’est mis aussitôt à calmer la foule… ».


C’est ainsi que durant six semaines Catherwood put à loisir dessiner les intérieurs de la fameuse mosquée, croquis qui seront hélas tous perdus en 1847. Mais c’est une autre histoire. Pour l’heure, il jouissait d’un blanc-seing qu’il comptait bien mettre à profit. Ce qu’il fit, jusqu’au jour où la rumeur de la visite prochaine d’Ibrahim Pacha à Jérusalem se répandit. Et notre aventurier jugea bon de décamper.

Mais qui était donc cet Ibrabim pacha, de son nom Méhémet Ali ?

L’anecdote que je vais ici rapporter se trouve narrée dans le délicieux livre d’un archéologue américain, Victor W.von Hagen (1908 – 1985). Son titre, A la recherche des Mayas raconte par le détail l’épopée de l’archéologie américaine, et cela, on l’aura compris, au travers des figures hautes en couleurs des pionniers Frédérick Catherwood et John Stephens, « juriste par profession, voyageur par goût, archéologue par vocation ».

Mais présentons en tout premier lieu brièvement Méhémet Ali :

« … né en 1769 en Albanie, il avait fait son éducation dans un régiment turc. Entre deux massacres, il avait appris les rudiments du beau langage et des bons usages. Il s’esseya au commerce du tabac de Latakiech, puis le sultan l’envoya comme lieutenant à la tête de 300 soldats albanais pour soutenir l’expédition égyptienne du général Bonaparte. Méhémet Ali fit preuve d’une grande fourberie. Il aida Napoléon contre les Britanniques, puis les Britanniques contre Napoléon. Lorsque Lord Nelson eut annihilé la flotte française, il resta en Egypte et ne songea plus qu’à consolider sa propre position. Dans le chaos qui suivit les guerres napoléoniennes, il soutint les Mamelouks contre les Turcs, puis opposa les factions entre-elles et enfin invita leurs chefs en son palais pour les mettre d’accord, ce qu’il fit en les faisant tous massacrer » .

D’où l’anecdote. Le consul français en poste en Egypte lui ayant fait remettre un exemplaire du Prince de Machiavel. Le pacha s’empressa de le faire traduire, à raison de dix pages par jour.

« Au quatrième jour, Méhémet Ali dit à son traducteur : ‘Dans les dix premières pages je n’ai rien découvert de grand ou de nouveau (…) J’ai attendu. Les dix suivantes ne valent guère mieux. Les dix dernières ne contenaient que banalités. Je n’ai rien à apprendre de Machiavel. Pour la ruse, je m’y connais mieux que lui. Tu peux t’arrêter de traduire’ ».

De Frédérick Catherwood il n’existe qu’une seule représentation connue, une miniature indistincte ou on le voit campé devant une ruine du site maya de Tulum.



 The figure depicted in this detail view of a lithograph made from one of Catherwood's drawings is presumed to be a possible representation of Catherwood himself. No other portraits of Catherwood are known


12 juil. 2019

Du rossignol, au printemps…(Les mémoires d'Hubert Reeves)



Hubert Reeves aux chutes de Gulffoss (Islande 2010) - photo par Axel

En ses mémoires ; rédigées en 2008 (sommes en 2019) – Intitulées : « Je n’aurai pas le temps » ; ex voto ? Hubert Reeves écrit - conjuration du sort… Quoi qu’il en soit :

« Le printemps… Dans les arbres, les voix de la forêt se diversifient et se multiplient. Au chant plaintif et susurrant du rouge-gorge qui ne nous a pas quitté de l’hiver, s’ajoute maintenant les vocalises du merle, les thèmes flutés  des loriots et les ritournelles des mésanges. Mais c’est le rossignol que, dans ce flot sonore, mon oreille cherche attentivement. Dès que je crois distinguer sa mélopée dans le lointain, je dirige mes pas dans sa direction, à travers les ronces et les buissons… »

C’est poétique et profond…
Il n’empêche, quelques précisions s’imposent… Le Rouge-gorge de votre jardin au printemps n’est pas celui qui a agrémenté vos jours d’hiver… L’espèce est migratrice. Et au jeune-beau du printemps, qui tout en testostérone claironne (plus son taux est élevé, mieux il chante et plus il est agressif) succède le visiteur d’hiver, épuisé, venu du nord… Un chant plaintif, capable de hanter nos songes les plus neigeux…
Quant au loriot, du moins dans les Hauts de France, il ne se fait entendre qu’au printemps consommé…Un son fluté, reconnaissable entre tous, haut dans la canopée… Flocon jaune difficile à détecter visuellement…
Et du rossignol : point n’est besoin de l’approcher pour reconnaitre sa trille… Pas si originale que l’on raconte dans les fables ; pas si variée que l’on prétend…. Les stéréotypes imaginés et véhiculés par les poètes y contribuent - qui peut-être ne l’ont jamais entendus mais répètent et annoncent les poncifs… Car l’oiseau chante la nuit ; les mâles étant parvenus avant les femelles sur les sites de reproduction, la migration ayant lieu le soleil couché… Des motifs triviaux habillés de poésie !
Parfois le savoir est un fardeau !

Rouge-gorge de la baie de Somme (photo par Axel)



10 juin 2019

Parmi les oiseaux...; Toujours !

De la gorgebleue à l’habit citron de la bergeronnette ; parmi les joncs ou dans le friselis des herbes hautes…Le phragmite, le tarier pâtre, la panure à moustache et tant d’autres… Frêles esquifs poussent leur existence ici et là.


Gorgebleue à miroir (photo par Axel)

Bergeronnette printanière (photo par Axel)
Bruant jaune (photo par Axel)

Gorgebleue à miroir (femelle) - photo par Axel

Le baiser des linottes mélodieuses (photo par Axel)

Panure à moustaches (photo par Axel)

Phragmite des joncs (Photo par Axel)

Rousserolle effarvate (photo par Axel)

Tarier pâtre (photo par Axel)


Les limicoles aussi… Le long des estrans ; puis au large dans la baie, entre deux marées. La barge rousse, le bécasseau sanderling, les bandes d’huitriers-pies, élancés au-dessus des flots… Le grand cormoran encore. Le vol tendu d’un groupe de bernaches cravants …


Barges rousses (Photo par Axel)

Barge rousse (Photo par Axel)

Barges rousses (Photo par Axel)

Bécasseaux sanderlings (photo par Axel)

Bécasseau sanderling (photo par Axel)

Bernaches cravants (photo parAxel)

Grand cormoran (photo par Axel)

Huitriers pies (photo par Axel)

Tournepierre à collier (photo par Axel)

Sans compter les laridés aux plumages variés ; de l’immature de premier hiver à l’adulte en majesté. Le Saint-Esprit du crécerelle, le vanneau huppé criant en cercle, autour de son nid. Et, dans l’arrière-pays, le vol plané le busard des roseaux venu frôler les marais.


Busard des roseaux (photo par Axel)

Echasse blanche (photo par Axel)

Faucon crécerelle (photo par Axel)

Goéland argenté (photo par Axel)

Goéland brun (photo par Axel)

Héron cendré (photo par Axel)

Vanneau huppé (photo par Axel)

La tourterelle des bois, discrète et farouche… Les sarcelles et les canards. Sinon des chevaliers, des cigognes où des spatules blanches !

Un monde en soi ; et qui se passe de commentaire.

Chevalier aboyeur (photo par Axel)

Chevaliers arlequins (photo par Axel)

Cigogne blanche (Photo par Axel)

Courlis corlieu (photo par Axel)

Sarcelle d'été (photo par Axel)

Spatule blanche (photo par Axel)