Blogue Axel Evigiran

Blogue Axel Evigiran
La dispersion est, dit-on, l'ennemi des choses bien faites. Et quoi ? Dans ce monde de la spécialisation extrême, de l'utilitaire et du mesurable à outrance y aurait-il quelque mal à se perdre dans les labyrinthes de l'esprit dilettante ?


A la vérité, rien n’est plus savoureux que de muser parmi les sables du farniente, sans autre esprit que la propension au butinage, la légèreté sans objet prédéterminé.

Broutilles essentielles. Ratages propices aux heures languides...


7 févr. 2015

Au soleil levant.... Maldives, requin à pointe noire et chauve-souris ( Velidhu - atoll Ari)

Au soleil levant.... Maldives, requin à pointe noire et chauve-souris ( Velidhu - atoll Ari)


(Cliquer sur les légendes, pour les photographies en grand format)

Velidhu à l'aurore

Inspiré par les images saisissantes d’un certain itinérant, frôlant à ses heures un étang cher à mon cœur, j’ai repris, sous l’emprise d’une pincée de nostalgie, une valise d’images de cette teinte si particulière, dont j’ai déjà oublié le nom…

C’était à l’aurore avec l’ilot encore désert… Des instants magiques entre sable, récifs et vague à l’âme. Je marchais seul, dans le silence… Désorienté par cette géographie si particulière à la Robinson Crusoé ; périple minuscule qui me faisait revenir à mon point de départ. Ouroboros incarné…

Un héron cendré habitait là… Ainsi que d’autres passeurs ailés… Tranquilles.


Sur le sable de Velidhu...

Je me souviens de ce premier réveil, rêveur ébahi, croyant apercevoir une roussette… A la vérité un petit requin, fort commun dans les lagons, bien nommé à pointe noire

Le jour se leva… La plage toujours déserte…

Requin à pointe noire
Juste mes pas.

Mes pas...

Et puisque je suis aussi infligé d’une propension à la précision… (Cliquer sur l'image)




Héron de Velidhu sur les coraux affleurants


1 commentaire:

  1. C'est très beau.
    Pour vous, une image du soleil qui pose son gros cul sur la Manche, cet étang animé qui vous est cher, photo prise le jour où les cons fêtent les morts après avoir fermé les grilles des cimetières, alors que nous, gueux que nous sommes, nous étions repus de sexe, de vin et de crustacés tout juste avant l'extase solaire.
    Mais c'est déjà beaucoup trop dire et il est des séquences du récit qui exigent l'imprécision.
    A vous.
    L'itinérant

    RépondreSupprimer