Blogue Axel Evigiran

Blogue Axel Evigiran
La dispersion est, dit-on, l'ennemi des choses bien faites. Et quoi ? Dans ce monde de la spécialisation extrême, de l'utilitaire et du mesurable à outrance y aurait-il quelque mal à se perdre dans les labyrinthes de l'esprit dilettante ?


A la vérité, rien n’est plus savoureux que de muser parmi les sables du farniente, sans autre esprit que la propension au butinage, la légèreté sans objet prédéterminé.

Broutilles essentielles. Ratages propices aux heures languides...


28 avr. 2017

Des livres de chevet…. Théologie portative du baron d’Holbach

D'Holbach
Etre livre de chevet ou pas…
Voilà une question de tempérament.
Dans la première hypothèse, autant varier les plaisirs. Et, selon l’humeur, pouvoir changer de voilure.
Dictionnaires variés, recueils d’aphorismes, de poèmes ou de nouvelles, journaux, carnets et autres fragments sont des candidats de prédilection à cet office. Surtout lorsque, une fois alité, bon coussin dans le dos ou pas, on a plutôt tendance à piquer du nez… Il y a du bon dans la somnolence. Car mieux vaut savourer une page ou un paragraphe d’un auteur choisi, que d’enfiler à la file une volée d’aphorismes ou de vers sans même en déguster la saveur.
D’ailleurs avoir un ou plusieurs livres de chevet ne signifie pas forcément un compagnonnage privilégié avec l’œuvre ou l’auteur choisi ; à ce compte-là on voyagerait plutôt avec Montaigne. Non, c’est juste que le format du livre convient à l’usage auquel on le destine.
Certains s’avalent assez vite. D’autres s’oublient et se perdent sous la poussière des mois – parfois exhumés bien des années plus tard – sinon oubliés, relégués dans les limbes…




Mais aujourd’hui, à cette heure encore tiède, histoire d’occuper cet esprit de vacances qui m’inonde, prémisse aux départs véritables pour des ailleurs ensoleillés, me prend l’envie de livrer de maigres passages de la « Théologie portative » de D’Hollach – je n’en suis encore, après plus d’un an de flirt, qu’à la lettre « C ». Mais allons !  

__________________________________

Livres de chevet

Amour divin
C’est l’attachement sincère que tout bon chrétien, sous peine d’être damné,  doit avoir pour un être inconnu que les théologiens ont rendu le plus méchant qu’ils ont pu, pour exercer sa foi. L’amour de Dieu est une dette ; nous lui devons surtout beaucoup pour nous avoir  donné de la théologie et des docteurs pour nous apprendre à penser.

Auto da fé
… Lorsque la sainte Inquisition n’a rien de mieux à brûler, elle se divertit à cuire les œuvres impies de Galilée, de Descartes et de tous les philosophes qui se donnent des airs d’être plus raisonnables que les savants Inquisiteurs. L’on sait que Dom Juan IV, roi de Portugal, peu favorable au saint tribunal, fut excommunié après sa mort pour apprendre à vivre ; …

Calamités
… Jamais les peuples  ne sont plus dévots que quand ils ont bien peur ou quand ils sont bien malheureux…

Christianisme
Système religieux attribué à Jésus-Christ, mais réellement inventé par Platon et saint Paul, perfectionné par les pères…

___________________________________________________

Auto da fé

On mesure la délicieuse charge subversive d’un tel livre, lorsqu’il fut publié en 1768, et diffusé sous le manteau.  
L’ami de Diderot publiera en outre - et entre autres -  375 articles pour l’Encyclopédie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire