Blogue Axel Evigiran

Blogue Axel Evigiran
La dispersion est, dit-on, l'ennemi des choses bien faites. Et quoi ? Dans ce monde de la spécialisation extrême, de l'utilitaire et du mesurable à outrance y aurait-il quelque mal à se perdre dans les labyrinthes de l'esprit dilettante ?


A la vérité, rien n’est plus savoureux que de muser parmi les sables du farniente, sans autre esprit que la propension au butinage, la légèreté sans objet prédéterminé.

Broutilles essentielles. Ratages propices aux heures languides...


24 oct. 2014

De Revenge à Just one fix - Le réel musical face à la nostalgie des voûtes... Ministry sous mon crâne...

Soirée New Wave , sous les voûtes d’un fort en déshérence…
Soirée nostalgie, à la dérive des ans…
Entre Robert Smith et Visage ; Joy division ou Bauhaus.

Mais il arrive parfois, qu’un esprit bascule…
Des musiques sautillantes au métal décapant.
Avec ce leitmotiv rossetien : « La musique n’exprime rien d’autre qu’elle-même… »
C’est un peu Cioran avec ce constat qu’en « elle-même toute idée est neutre ou devrait l’être » ; mais en vérité le réel bifurque car, ajoute le roumain, « l’homme y projette les flammes de ses démences »
Est-ce encore le réel ou bien son double ?

Qu’importe au fond.
________________

L'un des premiers morceaux de Ministry
1983


________________

Puis la tuerie musicale
Live en 2008

________________

Allons ne soyons pas si sérieux !
Le tragique n’attend pas…

Nostalgique sous les voûtes...

___________________________________
Charles Baudelaire
La Fontaine de Sang


Il me semble parfois que mon sang coule à flots,
Ainsi qu'une fontaine aux rythmiques sanglots.
Je l'entends bien qui coule avec un long murmure,
Mais je me tâte en vain pour trouver la blessure.

A travers la cité, comme dans un champ clos,
Il s'en va, transformant les pavés en îlots,
Désaltérant la soif de chaque créature,
Et partout colorant en rouge la nature.

J'ai demandé souvent à des vins captieux
D'endormir pour un jour la terreur qui me mine ;
Le vin rend l'oeil plus clair et l'oreille plus fine !

J'ai cherché dans l'amour un sommeil oublieux ;
Mais l'amour n'est pour moi qu'un matelas d'aiguilles

Fait pour donner à boire à ces cruelles filles !

2 commentaires:

  1. Ah, Baudelaire ! Les filles sont cruelles, tout comme les hommes !
    Coucou Axel :-)

    RépondreSupprimer
  2. Tir croisé !
    Je viens d'aller sur ton espace écouter " Plus rien ne me fera mal "...

    Passes un excellent weekend (avec moins de bruine que nous en avons ici, dans le grand nord de la Francie...)

    RépondreSupprimer